Journée mondiale du rein : Mieux le connaître pour mieux le préserver

Journée mondiale du rein : Mieux le connaître pour mieux le préserver

A l'occasion de la Journée Mondiale du Rein, le Centre Hospitalier de Pau vous invite à (re)découvrir cet organe et son importance pour le bon fonctionnement de notre organisme. 

1- Pour commencer, qu'est ce que les reins ? 

Les reins sont deux organes qui fonctionnent ensemble, situés en dessous des dernières côtes, en zone arrière. Ils ont plusieurs rôles à jouer dans notre organisme mais majoritairement, ils permettent :

  • d'éliminer les déchets du corps (l'urée pour la plus connue...)
  • de réguler l'élimination de l'eau et du sel

Ils ont ainsi un rôle déterminant dans la régulation de la pression artérielle sanguine. Ils participent également à la production des globules rouges, à la régulation du calcium et du phosphore, contribuant au remodelage osseux.

L’expression dite communément ’’ j’ai mal aux reins’’ évoque le plus souvent des douleurs du dos, et non du rein. Les maladies rénales provoquent très rarement des douleurs.


​2- Qu'est ce qu'il se passe si mes reins ne fonctionnent pas correctement ?  

Lorsque la fonction rénale se dégrade, les troubles liés à la régulation de l’eau et du sel peuvent entraîner une hypertension artérielle ou une prise de poids (œdèmes dans les jambes, dans les poumons). Les déchets non éliminés par les reins peuvent s'accumuler dans l'organisme : c'est ce que l'on appelle le syndrome urémique associant une fatigue importante, une perte d'appétit et un dégout de la viande.


3- Pourquoi mes reins dysfonctionnent ? 

Les causes d'atteintes rénales sont multiples et sont majoritairement liées au diabète et à l'hypertension artérielle. Mais il existe d'autres causes plus rares:  infections, maladies auto-immunes, ou inflammatoires (lupus, vascularite), causes médicamenteuses et toxiques (certaines chimiothérapies par exemple ...).


4- Comment prévenir les troubles rénaux ? 

Pour prendre soin de ses reins, il est recommandé de boire 1,5 litre d'eau par jour et de limiter les apports en sel et en protéines animales. Certains médicaments tels que l'Ibuprofène par exemple doivent être utilisés de manière limitée sans ordonnance car ils peuvent être agressifs pour les reins au long terme. Ils sont contre-indiqués en cas de maladie rénale préexistante. 

Le dépistage de la maladie rénale se réalise par :

  • La recherche d’hypertension artérielle par le médecin traitant : si celle-ci existe, elle doit faire rechercher systématiquement une maladie rénale sous-jacente.
  • Le dépistage par bandelettes urinaires : elles permettent de détecter la présence de sang ou de protéines dans les urines, qui sont des signes d'atteinte des reins.
  • La prescription d’une prise de sang avec analyse du taux de créatine: il permet d'évaluer le bon fonctionnement des reins.

5- En quoi consiste les traitements principalement ? 

Le traitement de la maladie rénale débute généralement par un contrôle régulier d'un diabète ou d'une hypertension artérielle. Le respect d'un régime alimentaire rigoureux ralentit l'évolution de la maladie rénale en limitant les apports en protéines et en sel. Il existe également des médicaments qui ont pour objectif de protéger le rein 

Lorsque la maladie rénale évolue, des traitements peuvent être envisagés pour aider les reins à éliminer l'eau et le sel ou pour favoriser la production des globules rouges, du calcium, etc... Cela nécessite un suivi régulier par un spécialiste.  

Des traitements de remplacement du fonctionnement du rein sont initiés lorsque les traitements médicamenteux ne sont plus suffisants. On appelle cela un traitemetn de suppléance rénal. Il en existe deux types : la dialyse ou la transplantation rénale. 


6- Comment peut-on vivre avec un seul rein ?  

Il est tout à fait possible de vivre avec un seul rein. Le rein restant compense alors l'activité de l'autre et devient souvent plus gros pour réaliser la double fonction.

La transplantation rénale est envisagée lorsque le rein atteint moins de 15% de fonctionnement. C'est une greffe qui fonctionne bien, avec de meilleurs résultats pour la greffe à partir d'un donneur vivant. Pour la greffe rénale la survie à 1 an du greffon est de 91-92%, et de 78,1% à 5 ans, mais chaque situation est unique.

 

PENSEZ-Y : PROTEGER VOS REINS, C'EST PROTEGER VOTRE COEUR



« Retour à la liste des actualités