• Informations Pratiques

    Secrétariat

    05 59 92 49 70

    05 59 72 67 90

    Bâtiment Hauterive / niveau -1

  • Visionnez les vidéos

Fermer

Médecine nucléaire

La médecine nucléaire est une discipline d'imagerie médicale qui consiste en l'administration de traceurs radioactifs pour réaliser une imagerie métabolique.

Les médecins l'utilisent à visée diagnostique (interprétation de l'image scintigraphique obtenue après que le tissus atteint ait capté le médicament radioactif injecté au patient) et thérapeutique (traitement des douleurs dues aux métastases osseuses, traitement des hyperthyroïdies).

Elle permet d'explorer avec une faible irradiation la quasi totalité des organes (et donc des pathologies) chez tous les patients (du nourrisson à la personne âgée). Du fait d'une application majeure en cancérologie, les médecins nucléaires sont amenés à participer aux réunions de concertations pluridisciplinaires paloises. Enfin, ils se déplacent au Centre Hospitalier de Bayonne pour réaliser les TEP Scan des patients du bassin palois (examen scintigraphique dédié au cancer non encore disponible au sein du service).

• Acquisition en 2010 d'une nouvelle génération d'appareil scintigraphique qui associe un scanner à la gamma caméra classique. En plus des scintigraphies traditionnelles, cet appareil est utilisé pour fusionner en 3D les images fonctionnelles (scintigraphie) aux images morphologiques (scanner) acquises dans le même temps sans que le patient ne se déplace. Ceci améliore notablement la qualité des images scintigraphiques et augmente la précision diagnostique, en particulier en pathologie osseuse.

• Laboratoire de radio-pharmacie : il permet la préparation des radio-pharmaceutiques et répond aux normes en vigueur des bonnes pratiques de préparation du médicament validées lors d'une inspection de DRASS avec un équipement spécifique de contrôle qualité des préparations garantissant une sécurisation totale du circuit du médicament (hygiène, stérilité, rendement de marquage).

L'EQUIPE MEDICALE

Dr Karine Massaloux-Tarozzi : Médecin nucléaire - Praticien hospitalier - Chef de service - Centre Hospitalier de Pau

Dr Martin Ananos Gimenez : Médecin nucléaire - Praticien contractuel - Centre Hospitalier de Pau

Dr Laurent Coudrier : Médecin radio-pharmacien - Praticien hospitalier - Centre Hospitalier de Bayonne

Équipe du Dr Nicolas Delarche : Médecin cardiologue - Praticien hospitalier - Chef de service - Centre Hospitalier de Pau

Dr Chantal Ache-Papillon : Médecin cardiologue - Praticien hospitalier - Centre Hospitalier d'Oloron Sainte-Marie

Dr Bernard Casassus : Médecin libéral cardiologue - Centre Hospitalier de Pau

LES PRINCIPAUX DOMAINES D'ACTIVITES

(en dehors des scintigraphies osseuses, pulmonaires et endocriniennes classiques)

• Activité de détection de l'extension ganglionnaire des cancers du sein et des mélanomes (technique du ganglion sentinelle)

• Recherche de localisation infectieuse

• Activité de cardiologie nucléaire en collaboration avec l'équipe de cardiologie du Centre Hospitalier de Pau (réalisation des épreuves d'effort, formation du personnel), du Centre Hospitalier d'Oloron et du secteur privé palois

• Activité de neuro-imagerie fonctionnelle

Le service a été désigné par l'Agence Régionale de Santé comme futur site d'implantation du TEP de la région Béarn Soule (en partenariat avec la région Sud Midi-Pyrénées).

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE

La scintigraphie osseuse est un examen qui permet d’étudier le métabolisme osseux de la totalité du squelette en un seul examen. Cet examen, après injection intraveineuse du produit, se déroule en 3 phases :

• Le temps vasculaire

Il correspond à des images réalisées immédiatement après l’injection du produit. On observe une augmentation locale de l’apport sanguin lors de fractures, d’inflammation ou d’une algoneurodystrophie.

• Le temps tissulaire

Il correspond à des images plus tardives qui visualisent le passage du produit injecté dans les tissus autour des os. On observe une augmentation locale de la captation tissulaire lors de phénomènes inflammatoires ou algoneurodystrophiques.

• Le temps osseux

Il correspond à des images réalisées tardivement (plus de 2 heures après l’injection du produit) qui visualisent les zones de constructions osseuses. On peut réaliser une image soit du corps entier par un balayage, soit grâce à plusieurs clichés et/ou couplés selon les indications à une acquisition en 3D avec scanner intégré. Les indications principales de la scintigraphie osseuse sont le bilan de fractures après une chirurgie en cas de descellement de prothèses, d’inflammation, d’arthrose, de métastases ou d’algoneurodystrophie.

L’ensemble de l’examen dure 3 heures. Vous pourrez, avec l’accord du médecin, quitter le service entre les deux dernières phases.

INFECTIONS ET SCINTIGRAPHIES

Scintigraphie au Scintimun

Détermination de la localisation d'une inflammation ou d'une infection du squelette périphérique en cas de suspicion d'ostéomyélite chez un adulte. Souvent, cet examen est couplé à la scintigraphie osseuse. Déroulement • 1re phase : injection du traceur : injection du traceur le matin (il n'est pas nécessaire d'être à jeun). • 2e phase : série d'images : acquisition des images scintigraphiques 6 et 24 heures après l'injection. L'acquisition dure environ 40 minutes. Précautions Un dosage sanguin de certains anticorps est nécessaire avant cette injection et ce, au moins 10 jours avant l'examen. Une ordonnance pour cette prise de sang vous sera remise (soit par courrier, soit par le médecin qui prescrit la scintigraphie).

Scintigraphie au Gallium

Le Gallium est un traceur de l'inflammation. L'administration de Gallium permet de rechercher un site inflammatoire ou un abcès. L'examen se déroule sur plusieurs jours.

Déroulement

• 1re phase : injection intraveineuse du traceur (Gallium).

• 2e phase : images tardives : acquisition des images scintigraphiques 24 puis 48 heures après l'injection.

Durée de l'acquisition : environ 45 minutes, le plus souvent en décubitus dorsal.

Précautions Il n'est pas nécessaire d'être à jeun. Si vous êtes enceinte ou si vous avez un retard de règles, vous devrez le signaler au personnel avant l'injection.

EXPLORATIONS CARDIAQUES ISOTOPIQUES

La scintigraphie myocardique d'effort

L'examen permet d'évaluer l'irrigation du muscle cardiaque en comparant les images obtenues après un effort et les images obtenues au repos.

La viabilité myocardique

L'examen permet d'étudier les capacités d'amélioration du muscle cardiaque, notamment après un infarctus.

Déroulement

• 1re phase : effort : épreuve d’effort (sur vélo) et/ou test de stimulation pharmacologique réalisé par un cardiologue. Au maximum de l’effort, injection du traceur (Tc99m-MIBI).

• 2e phase : première série d’images : acquisition des images d’effort après l’injection du traceur, le plus souvent en décubitus ventral. Durée de l’acquisition : environ 15-20 minutes.

• 3e phase : deuxième série d’images : injection du traceur pour l’examen de repos 4 heures après la première injection avec acquisition des images après la deuxième injection. Durée de l’acquisition : environ 15-20 minutes. Entre la 2e et la 3e phase, vous pouvez sortir du service, avec l’autorisation du médecin nucléaire.

Précautions • Éviter le thé, le café, le chocolat, la veille et le matin de l’examen. Prendre tout de même un petit-déjeuner. • Pour les médicaments à prendre ou à suspendre avant l’examen, vous devez demander à votre cardiologue. • Si vous êtes enceinte ou si vous avez un retard de règles, vous devez le signaler au personnel avant l’injection.

Ventriculographie isotopique

L'examen permet d'analyser plusieurs paramètres fonctionnels cardiaques comme la fraction d'éjection ventriculaire gauche.

Déroulement Acquisition des images 20 minutes après l’injection du traceur, le plus souvent en décubitus dorsal.

Durée de l’acquisition : environ 15 minutes.

SCINTIGRAPHIE EN ENDOCRINOLOGIE

Scintigraphie thyroïdienne (au Technétium ou à l'Iode 123)

Elle permet l'étude physiologique de la glande thyroïde (bilan d'une hyperthyroïdie biologique, bilan de goître multinodulaire, recherche d'un trouble de l'organification des iodures chez le nouveau-né...).

Déroulement

• 1re phase : injection du traceur.

• 2e phase : acquisition des clichés statiques centrés sur la thyroïde à partir de 20 minutes après l’injection du traceur (2 heures après l’injection de du traceur), le plus souvent en décubitus dorsal. L’acquisition dure environ 15-20 minutes.

Précautions Pas de précaution particulière. Il n'est pas nécessaire d'être à jeun.

Médicaments

Les traitements comme Lévothyrox®, Euthyral® et Cynomel® doivent être interrompus 15 jours avant l'examen et les antithyroïdiens de synthèse doivent être interrompus 1 semaine avant l'examen. Demandez conseil à votre médecin prescripteur.

• Il faut attendre au moins 1 mois pour réaliser une scintigraphie thyroïdienne si vous avez passé un examen radiologique avec injection de produit de contraste (ex : scanner).

• Si vous êtes enceinte ou si vous avez un retard de règles, vous devez le signaler au personnel avant l’injection.

Scintigraphie des parathyroïdes

Exploration fonctionnelle de quatre glandes pouvant être responsables d'un excès de calcium dans le sang.

Déroulement

• 1re phase : injection du traceur et acquisition des images précoces en décubitus dorsal 15 minutes après l’injection.

• 2e phase : images tardives : acquisition des images tardives en décubitus dorsal 2 heures après l’injection. L’acquisition tardive dure environ 20 minutes.

Entre la 1re et la 2e phase, vous pouvez sortir du service, avec l’autorisation du médecin nucléaire.

Scintigraphie des surrénales

Diagnostic et bilan de neuroblastome chez l'enfant et de phéochromocytome, paragangliome et tumeurs carcinoïdes chez l'adulte. Le radiotraceur est commandé spécifiquement pour le patient. En cas d’annulation de cet examen, merci de nous prévenir deux jours avant la date d’injection.

Déroulement

• 1re phase : injection du traceur : injection de la MIBG le matin (il n'est pas nécessaire d'être à jeun).

• 2e phase : série d’images : acquisition des images scintigraphiques 6 et 24 heures après l’injection. L'acquisition dure environ 40 minutes.

Précautions

• Afin d'éviter la fixation du traceur au niveau thyroïdien, vous recevrez la prescription d'un médicament à prendre quelque jours avant la scintigraphie.

• Il n'est pas nécessaire d'être à jeun.

EXPLORATIONS CÉRÉBRALES ISOTOPIQUES - NEURO-IMAGERIE FONCTIONNELLE

Scintigraphie des voies dopaminergiques

Bilan de tremblements extrapyramidaux pouvant se voir par exemple dans la maladie de Parkinson. Bilan d'autres affections neurologiques.

Déroulement de l'examen

L'examen nécessite l'administration d'un radio-pharmaceutique dans les 4 à 6 heures qui précèdent la réalisation des images. Les clichés durent 45 minutes environ.

Précautions

Afin d'éviter la fixation du traceur au niveau thyroïdien, vous recevrez la prescription d'un médicament à prendre quelques jours avant la scintigraphie.

La scintigraphie cérébrale de perfusion

C'est un examen qui étudie le débit sanguin cérébral (perturbé dans certaines affection neurologiques et notamment certaines démences).

Déroulement

• 1re phase : mise au repos physique du patient dans une pièce à faible luminosité pendant une demi-heure puis injection intraveineuse du traceur.

• 2e phase : acquisition des images à partir de 30 minutes après l’injection du traceur, le plus souvent en décubitus dorsal. L’acquisition dure environ 30 minutes.

ONCOLOGIE ET SCINTIGRAPHIE

Ganglion sentinelle

L'examen permet de localiser (avant une chirurgie mammaire) le ganglion sentinelle, c'est-à-dire le premier ganglion lymphatique qui draine le sein et qui doit être prélevé par le chirurgien pour être analysé.

• 1re phase : injection du traceur en sous cutané en région péri-aréolaire.

• 2e phase : acquisition des images en décubitus dorsal 1 heure après l’injection. Repérage du ganglion sur la peau. L’acquisition tardive dure environ 20 minutes.

Remarques : une ordonnance pour un patch d'EMLA à positionner 1 heure avant l'examen est envoyé au patient.

Octréoscan

L'examen permet de rechercher un certain type de tumeur (neuro-endocrine) au niveau de l'ensemble du corps, en particulier de l'abdomen. Le radiotraceur est commandé spécifiquement pour le patient. En cas d’annulation de cet examen, merci de nous prévenir deux jours avant la date d’injection.

Déroulement

• 1re phase : injection du radiotraceur le matin.

• 2e phase : première série d’images : acquisition des images scintigraphiques 6 heures après l’injection. Durée de l’acquisition : environ 45 minutes.

• 3e phase : deuxième série d’images : acquisition des images scintigraphiques le jour suivant, le matin. Durée de l’acquisition : environ 45 minutes.

PETSCAN

Aussi nommé TEP (Tomographie par Émission de Positons), l'examen utilise un traceur du métabolisme glucidique pour détecter les tissus ou organes anormalement actifs et en particulier les cancers.

• 1re phase : installation en salle d’injection (injection du produit puis attente pendant 1 heure, au calme sans parler, sans vous lever).

• 2e phase : acquisition des images 1 heure après l’injection du traceur. L’acquisition dure environ 30 minutes sans bouger.

Précautions

• Vous devrez être à jeun depuis au moins 6 heures (vous pouvez boire de l’eau et du thé non sucré mais pas de jus de fruit).

• Vous devez vous faire conduire pour l’aller et vous ne devez pas effectuer d’exercice musculaire la veille et le matin de l’examen. Vous devez arriver bien couvert (le froid et l’exercice musculaire peuvent modifier l’aspect des images).

• Si vous êtes diabétique (insulino-dépendant ou non), vous pouvez prendre un petit déjeuner léger tôt le matin (à 6 heures) et vous devez prendre votre traitement diabétique habituel.

Recommandations après l'examen

• Boire beaucoup afin d’éliminer rapidement le produit.

• Éviter tout contact étroit avec les jeunes enfants et les femmes enceintes pendant les 12 heures suivant l’examen.

EXPLORATIONS PULMONAIRES ISOTOPIQUES

L'indication principale de cette scintigraphie est le diagnostic de l'embolie pulmonaire.

Déroulement

• 1ère phase : scintigraphie de ventilation : le patient doit respirer dans un masque. L’acquisition des images de ventilation a lieu par la suite. L’acquisition dure environ 15-20 minutes

• 2e phase : scintigraphie de perfusion : injection intraveineuse du traceur et acquisition des clichés statiques centrés sur le thorax. L’acquisition dure environ 10 minutes.

EXPLORATIONS UROLOGIQUES ISOTOPIQUES

La cystographie isotopique

L'examen permet la recherche d'un reflux vésico-rénal après remplissage de la vessie par le traceur. L'étude se fait durant toute la phase de remplissage puis durant toute la phase de miction de façon continue.

La scintigraphie rénale corticale

Le radio pharmaceutique est administré environ 5 heures avant l'imagerie. Sa fixation dans le tissu rénal permet une étude fonctionnelle du parenchyme à la recherche de cicatrices évoquant le plus souvent une pyélonéphrite.

Déroulement

• 1ère phase : injection et acquisition des images : injection du traceur.

• 2e phase : acquisition des images 5 heures après l’injection du traceur. L’acquisition dure environ 30 minutes. Entre la 1ère et la 2e phase, vous pouvez sortir du service, avec l’autorisation du médecin nucléaire.

Précautions

Pas de précaution particulière.

La scintigraphie rénale de perfusion

L'imagerie est simultanée à l'administration du radio-pharmaceutique et se poursuit durant une 40aine de minutes, ce qui permet d'apprécier et de quantifier successivement les phases de vascularisation, de captation et d'excrétion rénale.

Le test au Captopril®

Cet examen inclut une scintigraphie basale puis une scintigraphie rénale (même principe) après prise de Captopril® (il agit sur les artères rénales et permet de rechercher une sténose des artères rénales).

Le test au Lasilix®

Il se fait au cours de la scintigraphie rénale, stimule l'élimination rénale et permet d'étudier le caractère fonctionnel d'une stase pyélo-urétérale.

Déroulement

Une seule phase : injection du traceur en salle de camera avec acquisition des clichés dynamiques tout de suite après l’injection. L’acquisition dure environ 45 minutes.

THÉRAPIE MÉTABOLIQUE

Traitement de l'hyperthyroïdie par Iode 131

Ce traitement simple et indolore s'adresse aux patients atteints d’hyperthyroïdie (parfois en alternative à la chirurgie). Il n'est pas indiqué chez le patient incontinent.

Déroulement

Le patient vient à jeun et ingère une gellule d'iode. Le traitement est commandé spécifiquement pour le patient. En cas d’annulation, merci de nous prévenir deux jours avant la date rendez-vous.

Pendant quelques jours, votre organisme gardera une partie de l’iode radioactif nécessaire à ce traitement. L’iode non fixé va s’éliminer naturellement de façon progressive dans les selles, la salive et surtout les urines. Ceci explique qu'il vous est recommandé de boire abondamment pendant les quelques jours qui suivront le traitement afin de faciliter l'élimination urinaire de l'iode radioactif. De plus, afin de diminuer l'irradiation des glandes salivaires, il est recommandé de sucer des bonbons acidulés ou de rajouter du jus de citron dans votre eau de boisson.

En raison de la présence d’iode radioactif, vous risquez de soumettre votre entourage à une irradiation faible qui ne présente pas de danger mais qui, étant inutile pour eux, justifie la mise en œuvre de mesures destinées à la diminuer. Les principes très généraux pour diminuer cette irradiation sont de limiter autant que raisonnablement possible la durée des contacts avec les autres personnes et de maintenir une distance d’1 à 2 mètres entre vous et vos proches. De ce fait, nous vous conseillons quelques précautions à observer.

Vis à vis de votre entourage :

• Limiter le contact avec les enfants et les femmes enceintes.

• Limiter le contact prolongé avec votre conjoint et de dormir seul si possible.

• Limiter les déplacements en transport en commun lorsque la durée de trajet est de l'ordre de plusieurs heures.

Pour vous même :

• Boire abondamment, si possible de l’eau citronnée.

• Prendre une douche chaque jour et changer de sous-vêtements.

• Uriner fréquemment en position assise et tirer deux fois la chasse d’eau.

• Utiliser les mouchoirs jetables en papier.

• Bien vous laver les mains après être passé aux toilettes ou avant de préparer un repas.

La durée pendant lesquelles ces mesures seront à respecter vous sera communiquée par le médecin nucléaire lors de l'administration thérapeutique et lors de votre sortie de l'hôpital si vous êtes hospitalisé.

QUADRAMET SAMARIUM [153Sm]

Il est indiqué dans le traitement antalgique de la douleur osseuse chez les patients atteints de métastases osseuses ostéoblastiques. Le médicament est administré en injection intraveineuse lente.

Il est prescrit en collaboration avec l'oncologue responsable du suivi du patient. Un bilan sanguin récent sera demandé le jour de ce traitement. Chez les patients répondeurs au QUADRAMET, l'effet bénéfique sur la douleur est généralement observé dans la semaine suivant l'administration. L'effet peut persister de 4 semaines à 4 mois.

• Avant un examen scintigraphique : il n'y a pas de préparation particulière ni de contre-indication (sauf la grossesse dans certains cas). Vous pouvez vous faire accompagner, toutefois, les salles d'attente public et patients sont distinctes afin de respecter les normes de radioprotection.

• Pendant un examen scintigraphique : selon le type de scintigraphie, vous pourrez (si vous le souhaitez) quitter le service durant le temps de dispersion du produit dans votre organisme. Il vous sera recommandé toutefois de bien vous hydrater et de revenir pour vos images en respectant l'horaire donné.

• Après un examen scintigraphique : il n'y a pas d'effet secondaire des produits utilisés, le patient peut donc reprendre ses activités et regagner son domicile. Concernant l'entourage, l'équipe remet à chaque patient une fiche explicative des consignes éventuelles à respecter après une scintigraphie (et/ou les déchets) en fonction du produit et de la dose qui ont été utilisés. En effet, le patient dégage une irradiation pendant au minimum 24 heures après la scintigraphie dont il convient de limiter les effets (mêmes faibles) pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 15 ans qui vivent à son contact. Un questionnaire de satisfaction (disponible à l'accueil du service) peut être rempli après l'examen.

  • Espace recrutement