surveillance continue
  • Informations Pratiques

    Secrétariat

    05 59 92 48 73

    secr.rea@ch-pau.fr

    Chef de service : Dr Walter PICARD

    Cadres de santé :

    • Deborah GASSER
    • Didier LATCHERE

    Nombre de lits : 5


    Horaires des visites

    • Tous les jours de 12h30 à 20h00.

  • Visionnez les photos

Fermer
surveillance continue

surveillance continue

L'unité de surveillance continue permet la prise en charge de patients dont l'état clinique nécessite une surveillance intermédiaire entre la réanimation et une unité d'hospitalisation classique. Elle permet également la prise en charge spécifique des patients opérés les plus fragiles.

L'ÉQUIPE MÉDICALE

  • Dr Mouna AUBAGUE - Praticien Hospitalier - Médecin coordonnateur PMO suppléant
  • Dr Paul AYE- Praticien Hospitalier
  • Dr Philippe BADIA - Praticien Hospitalier - Formateur Communication/Hypnose
  • Dr Audrey DESTIZONS - Praticien Hospitalier
  • Dr Jean-Noël DRAULT - Praticien Hospitalier - Coordonnateur soins critiques CH Oloron/ CH Pau
  • Dr Charlotte GUESDON - Assistante DESC Réanimation médicale
  • Dr Alexandre MASSRI - Praticien Hospitalier
  • Dr Eloïse MORISSE- Praticien Hospitalier - Référent Antibiothérapie (CIA)
  • Dr Walter PICARD- Praticien Hospitalier - Référent Antibiothérapie (CIA) - Chef de service
  • Dr Antoine ROMEN- Praticien Hospitalier
  • Dr Caroline SABATIER- Praticien Hospitalier - Médecin coordonnateur PMO
  •  

    L'équipe soignante est composée de 55 infirmiers, 39 aides-soignants et 4 agents de service hospitalier placés sous la responsabilité de Mme Deborah GASSER et M. Didier LATCHERE, cadres de santé.

QUELQUES CHIFFRES CLES

  • Le service est constitué de 4 unités de 5 lits de réanimation polyvalente et d'une unité de 5 lits de surveillance continue post-réanimation.
  • Toutes les chambres sont individuelles.
  • Le service de réanimation accueille 600 patients par an en unité de réanimation et 600 patients par an en unité de surveillance continue.
  • On compte 50 patients polytraumatisés graves pour la plupart neuro agressés par an.
    • Espace recrutement